Le point de vue des professionnels


Portrait de l’arboriculteur Severin Murer

Grimper aux arbres l'a fasciné dès le plus jeune âge. Le métier d’arboriculteur a permis à Severin Murer de réaliser son rêve d'enfance. Dans cette interview, il nous révèle ce qui le fascine particulièrement dans son travail. 


Comment es-tu arrivé au métier d’arboriculteur?

Mon père était forestier bûcheron et arboriculteur. Avant même de savoir marcher, je pouvais toujours l’accompagner dans les arbres et dans la forêt. Pour moi, c’était clair dès le début, qu’après l’école j'allais faire un apprentissage de forestier bûcheron et de continuer ensuite ma formation en tant que spécialiste de soins des arbres. C’est exactement ce que j’ai fait et je ne l'ai jamais regretté. J’aime être dans la nature toute la journée, grimper aux arbres et bûcheronner. Je vis vraiment mon «rêve d’enfance».

Quelles dispositions faut-il avoir pour exercer ce métier?

Il faut avoir une bonne condition physique, aimer travailler dehors par tous les temps, avoir de l’intérêt mais aussi de la compréhension pour les arbres et la nature. Il est aussi préférable, en Suisse, d’avoir effectué une formation de base dans un métier de la nature (forestier bûcheron/jardinier).

Qu’est-ce qui te fascine dans le travail avec les arbres?

Les arbres sont des organismes durables qui nécessitent une vision à très long terme. Si je plante un arbre aujourd’hui, je dois m’interroger s’il conviendra encore à l’emplacement en question dans 50 voire 100 ans. Même lors des élagages ou autres interventions, il faut réfléchir à offrir le meilleur pour l’avenir de l’arbre. Devoir ainsi se projeter à l’avenir est vraiment fascinant. Comme chaque arbre est différent, les mesures à prendre – l’escalade ou l'abattage - sont également chaque fois différentes. J’apprécie beaucoup ces changements.

Le travail est très varié. Quels sont les grands défis auxquels tu es confronté au travail?

Les plus grands défis sont de concilier au mieux les intérêts de l'homme et de l'arbre, de toujours prendre les meilleures mesures possibles et de choisir la meilleure approche pour chaque mesure. Mais parfois, le plus grand défi est de simplement parvenir à la périphérie la plus externe de la couronne.

Severin Murer, arboristes

Quels aspects de sécurité faut-il particulièrement observer en travaillant avec des tronçonneuses dans les arbres.

L’important est de porter systématiquement l’équipement individuel de protection. Dès que l’on travaille avec une tronçonneuse dans un arbre, il faut être doublement sécurisé. Mais la meilleure sécurité est une bonne formation.

Severin Murer, arborists

Quels produits Husqvarna utilises-tu?

Dans l’arbre j’utilise le Technical Extreme Arbor comme pantalon anti-coupure et pour le bûcheronnage le Technical Extreme. Ils sont confortables et agréables à porter. Pour le bûcheronnage, j’utilise en outre la ceinture porte-outils Flexi et la hache de bûcheron Husqvarna. Pour les travaux de coupe, que ce soit pour l’entretien des arbres ou des petits élagages dans les zones sensibles au bruit, j’aime utiliser la T 535i XP. Mais pour la plupart des travaux d’abattage j’utilise la 550 XP Mark II. Grâce à son excellent rapport performances/poids, c’est pour moi la tronçonneuse polyvalente idéale. Même avec le guide-chaîne de 45cm, elle offre toujours suffisamment de capacité de coupe et de mordant. Lorsque la 550 XP Mark II atteint sa limite, je peux toujours me fier à ma 572 XP.

Tu utilises la nouvelle 550 XP® Mark II depuis maintenant une année, quelle expérience en tires-tu?

La nouvelle 550 se distingue par sa forte puissance, son excellente maniabilité et sa facilité de démarrage. L’ancienne 550 était déjà une excellente tronçonneuse, mais la nouvelle a encore été améliorée à tout point de vue. Seul le poids a malheureusement un peu augmenté, mais cela n’est pas vraiment perceptible. Si cela permet d’accroître la longévité, je peux vivre avec sans problème. Jusqu’à présent, la nouvelle 550 tient ce qu’elle promet et j’en suis parfaitement satisfait.

 

Quelles caractéristiques des tronçonneuses Husqvarna apprécies-tu en général?

Elles sont extrêmement maniables, fiables et puissantes. De plus, la consommation d’essence est faible, ce qui d’une part est écologique et d’autre part intéressant pour le porte-monnaie. J’apprécie aussi la large palette de produits. De la tronçonneuse à accu à la tronçonneuse de 120cm3, le segment professionnel offre tout ce que l’on peut désirer.

Est-ce que tu as des suggestions, des idées ou des souhaits pour le développement de nos produits?

J’aimerai bien une version Mark II de mon «ancien amour», la 562 XP, que j’ai toujours beaucoup appréciée du temps où je travaillais en forêt. Une T 535i XP encore plus puissante me ferait également très plaisir.

Y a-t-il une expérience particulière pendant ton travail qui t’est restée à l’esprit?

Une fois, nous avons pu abattre un énorme chêne en bordure de forêt. Il était envahi de lierre jusqu’à la périphérie de la couronne, dont nous devions le libérer laborieusement (le lierre peut – dès qu’il a atteint la périphérie de la cime – devenir un gros problème pour l’arbre, à cause de la concurrence avec la lumière, les efforts au vent et l'étranglement). Après des heures de travail exténuantes, nous avons finalement réussi et avions devant nous un arbre qui, grâce au lierre, n'avait plus de petites branches à l'intérieur. Nous pouvions ainsi nous déplacer librement et rapidement à l’intérieur de la couronne, faire des bonds sympas et beaucoup apprécier l’escalade. J’ai désescaladé l’arbre certainement cinq fois de suite tant cela faisait plaisir. Ainsi, on est parfois bien récompensé pour un travail pénible.

Dernière question: quel est ton arbre préféré?

Question difficile…j’aime de nombreuses espèces! Par exemple le chêne qui peut atteindre 1000 ans et qui offre beaucoup de plaisir à escalader. Les platanes, qui peuvent atteindre une hauteur de 40 mètres et qui sont aussi des arbres fantastiques à grimper. Ou l’orme pédonculé, pour sa beauté pure, qui est devenu malheureusement très rare.

Severin Murer, arboristes

À lire également

  • Kiah Martin, Australian arborist
    Conseils de mise en route

    Au sommet de son art : Kiah Martin évoque le fait d'être l'un des meilleurs arboristes au monde

    Vous souvenez-vous quand vous étiez enfant et que vous grimpiez aux arbres ? Certains ont continué de grimper et sont devenus arboristes. Et certains d'entre eux deviennent même les meilleurs au monde. Kiah Martin, installée à Melbourne et championne du monde des arboristes, fait partie de ces grands professionnels. Voici son histoire.

  • TrioBrake feature
    Conseils de mise en route

    Travail plus sûr à un rythme soutenu le long de couloirs de lignes électriques

    Les événements s'enchaînent rapidement lorsqu'une équipe abat des arbres et coupe des branches le long de lignes électriques. C'est une tâche difficile, qui nécessite constamment une grande précision. Gerry Breton, directeur de la sécurité chez Lucas Tree Experts, a décidé très tôt d'investir dans des tronçonneuses Husqvarna équipées du frein de chaîne unique TrioBrake. L'investissement s'est avéré rentable. Bill Raleigh est un utilisateur quotidien de tronçonneuses. Ses collègues et lui travaillent désormais de manière plus intelligente en utilisant de meilleures techniques de travail et en agissant de manière plus sûre et plus ergonomique.

  • AutoTune - PR image
    Conseils de mise en route

    Abattage efficace par temps chaud à haute altitude

    C'est un endroit chaud et sec, isolé dans les hauteurs des montagnes. Ici, sur ces pentes abruptes, de gros arbres sont abattus à un rythme soutenu. C'est un environnement difficile, qui exige beaucoup des bûcherons et de leurs machines. Jaime Wagenfuhr et son fils Graham savourent chaque minute. L'utilisation de tronçonneuses équipées du carburateur à réglage automatique AutoTune leur permet de travailler librement et efficacement, quelles que soient l'altitude et la température.